Autoproduire son projet musical : le studio d’enregistrement

Régime pizzas, coucher à 6h du mat’, bons moments entre potes… Je ne suis pas en train de parler d’une soirée à faire la bringue mais du fantasme de la phase studio d’enregistrement, qui s’inscrit dans les étapes d’autoproduction de son projet musical !

le travail en studio d'enregistrementSi tu as suivi la série « Autoproduire son projet musical », tu dois maintenant avoir défini ton objectif musical. On a vu ensuite comment composer ses chansons. Si tu n’as pas lu les articles précédents, n’hésite pas à revenir en arrière.

Dans le post d’aujourd’hui, nous allons explorer une étape cruciale de l’autoproduction : le passage en studio d’enregistrement.
Comme évoqué en début d’article, cette phase peut paraître sexy aux premiers abords. Ça l’est… pour qui est un minimum préparé ! Le travail studio est en effet une course de fond et d’endurance. On y connaît frustration, joie, déception, solidarité, remise en question… Bref, on passe par tous les états d’esprit. Si tu n’as jamais été en studio ou si tu souhaites optimiser tes séances, cet article est fait pour toi !

Le travail studio se décompose en trois étapes principales : l’enregistrement, le mixage et le mastering.

L’enregistrement studio

La première fois que j’ai mis les pieds dans un studio, j’ai cru entrer dans le paradis musical : des consoles avec pleins de boutons, des CDs étalés partout, la fameuse cabine où trône LE mic et la figure emblématique de l’ingé-son ! Fan de musique, j’étais comme dans un rêve.
Après les premiers émerveillements, il a fallu se mettre au travail. Eh oui, on apprend très vite qu’en studio d’enregistrement, le temps c’est de l’argent ! Il est donc essentiel d’optimiser la présence passée en studio.

Pour cela, viens armé ! En d’autres termes sois paré au combat : connaissance parfaite de tes instrus et maîtrise de tes lyrics (voir chapitre 2), tu dois être au point sur la structure de tes sons.
Avant d’entrer en studio, tu auras répété d’arrache-pied voire même prémaquetté dans ton home-studio. Eh oui le studio d’enregistrement n’est pas … une salle de répétition. Cela paraît évident, mais trop d’artistes viennent en studio sans avoir bosser leur musique. C’est ainsi qu’on enclenche le mode improvisation, bricole, frustration, et perte de temps donc d’argent.
Je ne dis pas qu’en studio on vient uniquement posé. La créativité y a toute sa place mais elle doit être maitrisée. On peut penser à rajouter un chœur par-ci ou baisser la guitare par-là etc. Néanmoins, la colonne vertébrale de la séance doit être intégrée.
Nous reviendrons très prochainement sur le déroulement d’une séance studio.

le mastering audio

Le mixage audio

Une fois les différents sons enregistrés, il faut à présent marier la voix à l’instru. C’est l’étape du mixage audio. Bien qu’ayant une partie technique, cette phase peut comprendre également une dimension artistique. Rien ne t’empêche donc d’assister au mixage au côté de l’ingé-son. Tu pourras ainsi lui suggérer d’augmenter le volume d’une piste, de mettre plus d’écho dans une autre ou encore offrir plus d’espace à tel instrument.
Si tu n’assistes pas au mixage, tu dois être invité après un premier jet, à donner ton avis sur ce qui a été réalisé. Il faut modeler le son jusqu’à ce qu’il corresponde à ce que tu souhaites. C’est un grand moment de complicité et de travail en équipe avec l’ingenieur-son. Je préconiserai toutefois de faire intervenir une oreille « neuve » pour avoir un avis frais. En effet, après de longues heures de travail sur une musique, on peut parfois manquer de « lucidité artistique ».

Le mastering

Dernière marche de ce long périple qu’est le travail studio ! Cette fois, l’œuvre est totalement entre les mains de ton partenaire, l’ingé-son ! Il faut continuer dans cette relation de confiance et le laisser bosser pour que la magie opère. Le mastering studio est une phase très technique. Pour ceux qui n’aimaient pas les maths à l’école, ça peut rappeler de mauvais souvenirs… L’ingé-son va donner une couleur et un grain à la musique comme la fameuse cerise sur le gâteau. Dans un deuxième temps, il va produire un master c’est à dire le support physique qui va servir par la suite à presser les CD.
Je ne m’attarderai pas sur cette étape qui ne s’improvise pas et qui doit être laissé aux soins d’un expert.

Quelle aventure pour ce troisième volet !! Le passage en studio d’enregistrement est une véritable expérience humaine que je souhaite à tous les chanteurs de vivre.
Désormais, le domaine artistique sera mis temporairement de côté ; il est temps à présent, de rentrer dans la cour des grands !!
Comme d’habitude… to be continued… 😉

Fais tourner le sonShare on Google+0Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Buffer this page

2 comments

  1. Article intéressant quand on ne sait pas ce qu’implique un enregistrement.
    En ce qui me concerne, je préfère faire les enregistrements de voix dès la 2ème partie de la journée plutôt qu’au milieu de la nuit. Je pense qu’il est bon de préciser qu’une bonne hygiène de vie, va de paire avec une bonne maîtrise de voix et que ce qu’on ingurgite peut avoir parfois des conséquences passagères inattendues et pas très agréables, comme la prise de boissons alcoolisées qui assèches les muqueuses, les jus de fruits qui peuvent être irritatives et le chocolat qui « englue » les cordes vocales et qui peuvent changer leur sonorité. Bien sûr la liste n’est pas exhaustive, à tester pour s’en rendre compte quand on à l’oreille bien aiguisée…

    • Merci de ton retour Vivian ;
      Effectivement chanter implique une bonne hygiène de vie, comme au moment de faire du sport, il faut mettre son corps dans de bonnes conditions. Cela fera l’objet d’un article probablement 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *