Sauve la planète, rejoins le KF Club !

Kazdall et Faraone | le KFCLubIl y a 1001 façons de découvrir de superbes lieux à Paris : le guide du routard, les sites internet, les conseils des amis et … les interviews d’artistes ! C’était un mardi soir, vers 11h, je reçois un texto anonyme. « Lieu : Barbershop, heure : 19h ». Le lendemain, je me rends sur place et découvre un bar-lounge cosy, canapés en cuir, lumière tamisée et musique jazzy. C’est dans cette ambiance « à la parisienne » que j’ai rencontré Kazdall et Faraone. Deux rappeurs issus du 77. Un concept, le KF Club et un mot d’ordre, la qualité !

Pour les gens qui ne vous connaissent pas encore, pouvez-vous vous présenter ?

Faraone : Kazdall et Faraone, nous sommes 2 MC qui formons le KF Club ; un groupe de musique « hip-hop slash rap« .

Parlez moi de votre parcours…

Kazdall : J’ai commencé le rap en 2002, dans un collectif de 4 MC qui s’appelait Def Sonore. J’écoutais déjà beaucoup de hip-hop à l’époque : Mobb Deep en passant par Fab, 113 ou encore la Mafia K1Fry.

Faraone : Moi j’écoutais pas de rap, j’avais jamais réellement accroché. A la base, j’étais plus dans la danse, le newstyle. Je faisais la vague avec mes bras (rires). En 2002, Kaz m’a fait découvrir quelques sons genre Disiz, Triptik… . J’ai ensuite commencé le rap avec RO un mec de Moissy. Puis, petit à petit, Zach et moi nous sommes rapprochés et on a décidé de faire un morceau ensemble qui s’appellait « Exorciste de Style » !

Kazdall : Un super délire ! C’était n’importe quoi, faut même pas le dire, imagine il retrouve les archives !! [ne vous inquiétez pas j’ai commencé à mener mon enquête !!]

C’est donc grâce à Triptik et Disiz que le KF s’est créé  ?

Kazdall : Disons que c’est  à partir de Triptik que tout a vraiment basculé. Nous avons eu le même déclic sur leurs sons. Le Saïan (ndlr: Saïan Supa Crew) nous a également beaucoup apporté.

Faraone : Quand je regarde les vidéos du Saïan pendant des freestyles radio, je me dis que même aujourd’hui, personne ne leur arrive à la cheville. En vérité, ce qu’ils font, tout le monde le fait… mais eux, ils apportent une nouvelle forme. T’as l’impression qu’ils font les choses dans une autre langue mais c’est du français ; à l’époque c’était dingue.

Comment le KF Club s’est lancé  ?

Kazdall : On a commencé à Roissy en Brie. Nous étions épaulés par Marco le Grand Frère ; il nous a beaucoup apporté en terme de conseils pour les instrus, les scènes… on a vraiment bénéficié d’un coaching musical et de son expérience dans le milieu.

Faraone : Avec le bouche-à-oreille, Steve, un mec du Mée, a entendu parler de nous. Il a kiffé notre projet et nous a proposé de nous accompagner via la MJC du Mée, le Chaudron. C’est là qu’on a pu rencontrer encore plus d’artistes et commencer à nous développer.

C’était l’époque d’un titre qui a cartonné : une reprise d’Armstrong de Claude Nougarou…

Faraone : Ouai, c’était grâce à Steve et un certain Marc qui s’occupait d’un groupe de jazz. Cette année-là, ils rendaient hommage à Claude ; ils nous ont demandé si on pouvait y mettre notre sauce hip-hop. Du coup, je lui ai demandé une instru. C’était celle d’Armstrong. On a écouté, on a kiffé, on a posé et le titre a cartonné !

Vous avez la bougeotte, on vous a souvent vu sur scène…

Faraone : C’est vrai qu’on nous découvre beaucoup en concert. Nous avons fait des plateaux d’artistes comme la Before mais aussi de belles premières parties : la Rumeur, Orelsan, Princess Agnès, Explicit Samouraï … Grâce à ça, on a commencé à rayonner à notre échelle, dans le 77.

Kazdall : On a fait du théâtre, du coup la scène est quelque chose d’important pour nous. C’est pour ça qu’on en faisait dès que l’occasion se présentait. On mettait notre costume, en mode « Super Kazdall et Super Faraone », ; on faisait participer le public et on se donnait à fond. C’est comme ça que la sauce a pris.La KFBoite | Kazdall et Faraone

Vous avez été également super actifs  sur les réseaux sociaux avec des clips « homemade »…

Kazdall : Oui, on s’était dit qu’on allait se donner la chance de réaliser des choses. On a enregistré des clips avec les moyens du bord. Sur le net, Youtube était déjà un concept énorme. Il n’y avait pas besoin de faire des trucs de ouf ; on voulait juste kiffer et partager avec notre public et c’est ce qu’on a fait avec les KF Clips.

Vous avez ensuite enchainer avec un premier projet …

Faraone : Après une scène, on s’était fait alpaguer par un mec qui avait accroché sur un de nos sons. Il montait à ce moment là une organisation d’accompagnement artistique et nous proposait d’embarquer dans cette aventure. De notre collaboration est né notre premier  projet : la KF Boite ! Il est sorti au moment de l’investiture d’un président Américain peu connu.. un certain Barack je crois.

En juin vous avez sorti la KF Compilation Vol. 1, en téléchargement gratuit… J’aurai payé moi pour ça !

Kazdall : Il faut savoir donner à son public ; On a décidé de sortir un truc gratuit pour être en phase avec l’esprit du KF Club. On revenait d’une période sèche d’1 an et demi et on voulait renouer avec nos fans par ce biais là.

Faraone : Et puis grâce à cette compil, c’est le début de collaborations qui ont commencé à voir le jour et qui vont se concrétiser prochainement.

KFCompilation | Kazdall et Faraone

Petit zoom sur un morceau que j’ai bien kiffé : « Vasistas » …

Faraone : Pour ceux (comme toi) qui ne le savait pas, Vasistas est une petite fenêtre qui ne s’ouvre pas comme tu as l’habitude d’ouvrir. Et pour les germanophones, ça veut dire « Qu’est ce que c’est? »

Kazdall : C’était un clin d’œil également à nos amis, un cadeau de retour pour tous ceux qui nous ont suivi. L’occasion aussi de faire un feat avec M3 un ancien de Def Sonore.

Faraone : Les gens ont bien aimé l’instru, le clip et l’agencement des textes. Quand on écrit, rien n’est préétabli ; on balance un thème et l’autre doit rebondir. Sur ce morceau l’alchimie a pris, ça réagi pas mal sur SoundCloud et on a sorti le morceau en clip.

Où en êtes-vous aujourd’hui au niveau des projets ?

Kazdall : La KFCompilation Vol. 2 est en cours. Il va sortir. On a réduit le nombre de titres pour faire encore plus fort. Les morceaux ont été enregistrés au studio Insight et accueillent pas mal de collaborations tant dans les prods que dans la réalisation en général. On a poussé le concept un peu plus loin.

Faraone : On a bossé comme des KFChiens, on enregistré des morceaux dans un rythme de dingue ; un premier clip circule déjà sur Youtube et Facebook !!

Des projets scéniques ?

Faraone : On prépare pas mal de choses notamment une mini tournée dans le 77.

Kazdall : Il faut dire que là on est sur la production. On a beaucoup tourné à l’époque donc là on se concentre avant tout sur l’album. On va le sortir et le défendre et ensuite le présenter sur scène. Mais pleins de surprises sont à venir pour 2012 !

Un grand merci au KFClub qui s’est prêté au jeu en étant le premier groupe interviewé par Musique en Scène 😉

le KFCLub et Jude Lu

 

Fais tourner le sonShare on Google+0Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Buffer this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *