Raphael Saadiq : Chronique d’un concert d’exception

Il est de ces artistes qui sont dans une catégorie à part. Ces artistes qui sont musique, rythme et melodie. Parmi ces poids lourds d’exception Raphael Saadiq figure dans mon Panthéon. J’ai souvent été jaloux de mes aînés avec leurs concerts mythiques comme Marvin Gaye à Montreux ou le fameux Woodstock 69. Toute proportion gardée, j’ai également trouvé mon concert de référence : Raphael Saadiq 2012 à La Cigale !

Raphael Saadiq

Dilemma

En fait ca me dérange. J’ai bien aimé le concert de Joe au Trianon. J’ai évoqué mes réserves que vos commentaires ont d’ailleurs confirmés. Si ces dernières ne me dérangeaient pas au départ, elles prennent une autre dimension quand tu les compares à un concert d’envergure. Comme disent les americains, Joe is my man, je kiffe ses sons et je ne reviendrai pas sur l’article écrit ;  force est de constater cependant que… Raphael Saadiq est à un autre niveau !

Tha Boogie

La vie est faite de hasards et de coïncidences. Une semaine avant le concert, dans la ligne 9 du métro, je remarquai un groupe de trois mecs et une fille. Ils avaient un style particulier et sans être Sherlock Holmes, je déduisais à juste titre qu’ils étaient étrangers. Toujours avec des lunettes de soleil et une garde-robe digne d’ Outkast, je retrouvais deux des quatre sur scène, en première partie de Raphael Saadiq. Tha boogie nous a servi une première partie courte mais animée. J’ai pas vraiment accroché mais ils ont fait leur job : chauffer une salle sagement en attente.

Au tour de Rapha

La plupart des artistes effectuent des entrées en grandes pompes, on croirait souvent entendre Carmina Burana en musique de fond. Raphael Saadiq a dérogé à la règle avec une entrée que je qualifierai de modeste. Pas de musique, d’intro, pas de flammes ni de choriste annonciatrice. Juste un artiste ultra motivé qui entre en courant sur scène avec sa troupe avec détermination. Une introduction rock avec une guitare électrique à la main, le mec est bouillant !

Dois-je évoquer le public ? Allez, pourquoi pas. Imaginez le silence, une foule, un scénario au ralenti… Regardez le sourire s’imprégner de chacun des visages présents. Voyez les corps bouger et sauter !! On remet le son, on revient à la vitesse de lecture normale et on tourne la caméra vers la scène : voilà comment sont les gens au concert de Raphael Saadiq !

I want u back, Radio,Walk outside, du Instant Vintage avec une pincée de The way I see it saupoudré de Stone rollin’. Un cocktail efficace ! (je n’employerait pas « explosif » par les temps qui courent). Des sonorités rock, des introductions rallongées et un partage avec le public maintiennent la fièvre. Un moment, il feint  de jeter son t-shirt puis se ravise… il joue, on s’amuse, nous kiffons !

La dream team

Pour la première fois dans ma vie de concertiste, j’ai pris conscience de la puissance d’une équipe. Dans celle de Raphael Saadiq, il n’y a que des numéros 10.

Que dire de BJ, le choeur et coeur survitaminé qui effectue des performance vocales hors du commun ? Que dire quand on le voit envoûté en courant de gauche à droite de la scène risquant de rompre le fil trop court du micro ? Que dire quand justement il lâche le mic pour exploser d’authenticité en chantant nu de tout amplificateur ? BJ est THE man, le genre de chauffeur de salle malgré lui.

Mention spéciale également à Josh Smith, le guitariste. Après un début calme, le gars est monté en crescendo. D’abord accompagné de la dream team, il prend vite de l’envergure et nous fait une sublime démonstration de son art. Je ne suis pas gratteux mais je peux vous affirmer que ce que j’ai entendu relevait de la perfection !

[même si je n’ai pas cité les autres, ils ont été tout aussi géniaux]

Son nom est Saadiq

Raphael Saadiq en concert à la Cigale à Paris (mars 2012)Retenez bien le nom de cette homme, il est musicalement dangereux ! Si Judge Red est la loi, la musique c’est lui ! Raphael Saadiq n’est pas un homme d’artifice. C’est un artiste, un mélomane, un mec qui ne souhaite que sublimer cet art. Quand il nous sert U should be here, Don’t miss my voice, Never give u up ou encore Kiss from u, on voyage au coeur d’un univers. Il respecte la musique et celle-ci passe aussi bien par les instruments que les choeurs ou le duo avec le public (Joe Thomas vient avec ton band la prochaine fois stp !!). Le mec ne s’est pas reposé, il a simplement tout donné ! Durant un concert sérieux de 2h-2h30 (rappel compris), on en ressort … lessivé ! Il nous a fait sauter et danser partout, il a lui-même mouillé le maillot comme disent les coachs. T-shirt qu’il a d’ailleurs balancé dans le public ; mon pote Buendia l’avait saisi avant de constater qu’une fille tenait l’autre bout… A sa place j’aurai fait 50/50 mais il a été plus sympa, il le lui a laissé 🙂

 

Alors heureux ?

La réponse est évidente. Comme je l’ai dit au début, c’est à ce jour mon concert de référence. L’homme est un artiste. Il adore partager avec ses fans et les gens qui l’entourent. Cette générosité se traduit durant les moment où ils s’eclipsent pour laisser place à BJ ou a sa choriste. Il endosse alors le rôle de guitariste ; un musicien parmi les musiciens.
Partage également lorsqu’il descend de scène pour venir chanter parmi nous. C’est juste impressionnant.. Raphael Saadiq en close-up, à 30cm de soi.
Générosité enfin lorsqu’il rappelle Tha Boogie. Faire revenir la 1ere partie pour la fin du show mais aussi durant le rappel relève de la grande classe. Dans une époque où l’ego artistique de certains est sur-dimensionné, il nous donne une grande leçon d’humilité.
Pour la derniere date de sa tournée européenne, Raphael Saadiq 2012 à La Cigale  sera à marquer d’une grosse croix rouge !

Fais tourner le sonShare on Google+0Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Buffer this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *